Législatives à Brest Roger Calvez et Françoise Sage « pour un gouvernement ouvrier »

La mise en œuvre du « Pacte de responsabilité »
– dont les collectivités locales se font les relais au département et à la ville –
en application des directives européennes entraîne des mesures d’austérité contre la population laborieuse.

Pour en donner quelques exemples:

  • fermetures de lits à l’hôpital de Brest, suppression de 168 postes de personnels et « hôpital sous tension » depuis plus de 9 mois avec des conséquences dramatiques pour les patients et des conditions de travail insupportables pour le personnel hospitalier ;
  • manque de médecins généralistes et de spécialistes lié à la restriction du nombre de médecins formés et pas d’augmentation du numérus clausus à la Fac de Médecine de Brest faute d’enseignants-chercheurs ;
  • fermetures de bureaux de poste sur la ville de Brest (trois bureaux de postes et neuf tournées de facteurs supprimés) et de trois guichets SNCF ; transfert de la plateforme de tri postal de Brest sur Rennes ;
  • projet de fermeture du foyer-logement de personnes âgées de Saint-Marc (après celui d’Estienne D’Orves en 2012) ;
  • réduction des accueils dans les centres CAF et de Sécurité sociale ;
  • suppression des agents de sécurité à la sortie des écoles (les parents ont manifesté en nombre après le décès d’un enfant de 10 ans le 15 décembre dernier à la sortie de l’école) ;
  • fermeture du collège de Kérichen en 2016 et suppression d’un poste de CPE cette année au lycée ;
  • suppression de toutes les aides aux projets pédagogiques des collèges et lycées ;
  • Près de 5 000 personnes ont défilé dans les rues de Roscoff pour défendre le centre de Perharidy (le seul du Grand Ouest), menacé par la réforme du financement des activités de soins de suite et de réadaptation ;
  • Non à la désindustrialisation : Jabil a fermé il y a peu après avoir employé près de 1000 salariés ;
  • Non à la liquidation de la réparation navale à Brest menacée par la concurrence des chantiers polonais (comme pour le navire de Genavir financé à 100% par le contribuable et jusqu’alors entretenu à Brest) ;
  • Non à la privatisation des Arsenaux qui vont chercher leurs marchés à l’exportation et vendre leurs armespartout dans le monde, multipliant les foyers de guerre : pour le retour au Monopole d’Etat des Arsenaux.

    Toutes ces mesures tournent le dos aux besoins de la population, des travailleurs et des jeunes. Cela suffit !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s