Damen (ex-Sobrena) Un délégué CGT: « La loi du travail accentue la précarité des chantiers de réparation navale »

damen_shiprepair_brest140 gars des chantiers de réparation navale Damen (ex-Sobrena) sur un effectif total de 189, sont aujourd’hui en chômage technique. Nous publions ci-dessous l’interview d’un délégué CGT de l’entreprise, réalisé en mai 2016.

Tu peux te présenter ? Combien de salariés chez Damen ?

L’Hostis Romuald, salarié chez Damen (ex-Sobrena) depuis 1997. Salarié ouvrier, délégué du personnel CGT, membre du CHSCT et du Comité d’Entreprise. Damen Shiprepair Brest compte dans ses effectifs 189 salariés.

Il y a un appel à la grève chez vous à nouveau ce jeudi. Comment s’organise la grève? Des AG ? Nombreux participants ?

A chaque appel intersyndical, le syndicat répondra toujours. Les actions mis en œuvres peuvent varier, allant du simple appel à manifester au blocage portuaire sur des appel à la grève de 24h. Tout dépend de l’appel de notre fédération.

Nous passons toujours par des AG, soit le jour même, soit la veille de chaque mouvement. Les AG sont pour l’ensemble des salariés, syndiqués ou non. Le personnel de notre entreprise est très soudé. En général, les mobilisations sont suivi a 100% sur le personnel ouvrier et les techniciens et agents de maîtrise. Les cadres, c’est plus compliqué !

Vous avez été la semaine à la sous-préfecture pour tirer la sonnette d’alarme. Pourquoi précisément?

Nous sommes allés à la sous préfecture pour alerter les pouvoir public sur la sous charge que connaît notre chantier et tout ceux de France en général. La causes aux aides d’état ou région qui finance les armateurs français pour faire réparer leurs navires dans les chantiers étranger ou les droits et conditions de travail s ‘apparentent plus à de l’esclavage moderne.

Nous avons également alerté les pouvoirs publics du danger que représente la loi travail sur des entreprise comme la nôtre qui travaille uniquement sur des plans de charge cycliques où la moindre baisse d’activité entraine des plans de licenciements économique au rabais, avec tous les risques d’être remplacé par de la sous traitance étrangère. Nous voyons par cela un risque réel de perte de compétence et de connaissance.

Il y a un problème de plan de charge? Le patron de Damen assurait qu’il n’y en avait pas.

Bien sur, il suffit de regarder par dessus le grillage de l’entreprise pour s’apercevoir que les cales sont vides ou presque. Mais la direction dit qu’il s’agit d’un problème passager dû à l’effondrement en janvier dernier du cours du pétrole et de la dérogation que les armateurs ont obtenu pour faire naviguer leurs navires une année supplémentaire à leur obligation de contrôles et réparations.

Aussi les navires plus anciens restent à la pioche chargés de pétrole à bas coût, et les nouveaux plus économiques tournent à pleins régimes.

Nous avons effectués une très belle année en 2015, et 2017 promet d’être une nouvelle très bonne année. Le patron est confiant en l’avenir du chantier et le groupe dispose d’un outil exceptionnel sur Brest et croit donc en son avenir également. 

Des bateaux d’Ifremer vont se faire entretenir en Pologne? Qu’en penses-tu?

Quoi dire !

C’est inadmissible que les armateurs français touchants des subventions d’état ou régional, comme la Brittany ferries, ou des armateurs ayant dans leur conseil d’administration des parts étatiques, comme Ifremer, Engie ou Orange… puissent envoyer leur navires se faire réparer dans des chantiers étranger avec l’argent de nos impôts. Et pendant ce temps là, le chantier va vivre son année la plus difficile, voir meurtrière.

Il faut savoir que la concurrence est féroce sur le chantier polonais qui pratique des méthode d’un autre âge en employant des gens non payé et sans charge sociale du fait qu’il viennent de la Corée du Nord. L’esclavage est une forme de travail inacceptable en Europe et nous cause de graves problèmes étiques que jamais la CGT n’acceptera sur le sol français.

Que font nos élus régionaux , français et européens ? 

Dans ce combat (que vous avez déjà mené il y a quelques années pour sauver les emplois), quel lien avec la loi Travail ? Comment le ressentent les collègues de travail ? 

C’est le même combat que Sobrena.

La loi du travail ne fera qu’accentuer la précarité des chantiers de réparation avec le risque dans une année comme l’on vit de voir partir les salariés français au chômage au détriment des salariés étrangers.

Dans ce cas qui paiera les charges sociales en France, comment va vivre notre système social avec des ouvertures aussi libérales? On ne doit pas traiter les gens comme on traite des biens ou des liquidités.

On ne va pas rentrer dans le détail de la loi travail, car se sont 61 mesures inacceptables pour nous. Ni amendable, ni négociable, retrait tout simplement ! 

Il est plus important de négocier un code du travail équitable amenant des nouveaux droits protecteurs pour les salariés et les entreprises. La CGT est forte de proposition en terme de droit social, les propositions sont écrites. Il suffit au gouvernement de prendre le temps de parler avec tous, au lieu de faire un copier/coller du rapport Badinter dicté par les esclavagistes européens.

En Grande Bretagne, les syndicalistes se battent pour voter pour le Brexit. Quand on entend Junker, président de la Commission européenne, dire au gouvernement français : « la loi Travail c’est le moins que puisse faire le gouvernement français pour réformer en France« , il s’agit d’une vrai provocation. Qu’en penses-tu?

Malheureusement, ces gens vivent dans un autre monde que le nôtre et Junker est l’exemple type de celui qui fait crever la Grèce, l’Espagne, …, va peut être faire sortir la Grande Bretagne et veux mettre la France à genoux pour faire baisser nos droits au lieu de faire monter le les droits sociaux des autres pays européen.

Ce type ne devrait pas être président de l’Europe mais travailler dans une banque du Panama.

Le sentiment anti européen grandit en France également, surtout dans un pays qui a voté contre lors d’un referendum qui a été passé en force par Sarkozy par la suite. 

Généraliser l’austérité en France et en Europe ne peut qu’accroître le besoin de s’exclure  de cette dernière. Surtout quand les transferts de capitaux n’ont jamais été aussi grands.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s